Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Comment l’araignée s’y prend-elle pour jeter un fil d’un buisson à l’autre, à une certaine hauteur du sol et le tendre ensuite si fort ?

 

Quel est le promeneur matinal, dans les sentiers ombreux de nos campagnes, qui ne s’est plus d’une fois senti la face sillonnée de fils d’araignées mesurant parfois plusieurs mètres, mais sans découvrir la clef du mystère ?

 

En effet, cette industrieuse bestiole ne peut s’élever dans les airs en volant, et traîner ainsi son fil derrière elle, car la nature lui a refusé des ailes. Elle ne descend pas non plus au ras du sol pour grimper au buisson opposé, ce qui aurait pour résultat fatal d’embroussailler les fils ténus qu’elle tire de ses entrailles.

 

Mais alors, comment fait-elle ?

 

C’est M. Favier, le savant entomologiste, qui va nous l’apprendre.

 

Après bien des nuits passées à l’affût des travaux de l’araignée (car c’est surtout alors qu’elle exécute son travail), ce patient observateur a constaté qu’un fil d’un mètre de long, peut, par le seul fait de sa légèreté spécifique, supporter dans les airs le poids d’une jeune araignée, et que celle-ci est déjà capable de tisser. Il lui suffit donc de confier son fil aux courants aériens,

dans la direction voulue, pour monter à sa suite à la hauteur du buisson en vue, pour exécuter son travail de tissage. Elle peut ainsi  consolider à l’aise tous les fils les uns après les autres, sans grande fatigue ni risque d’être dérangée dans sa besogne par des obstacles quelconques.

 

A en juger par la force de résistance et l’épaisseur des fils de certaines de ces toiles, il est évident que ce ne sont pas des jeunes , mais bien des araignées ayant atteint tout leur développement, qui les ont fabriquées.

 

Plus d’un observateur a pu remarquer que ces fils, d’une force et d’une tension peu communes, mesurent plusieurs mètres de long, et l’on peut se rendre compte de leur force de résistance par la pression qu’ils exercent sur la figure quand on veut les traverser en marchant à l’encontre.

 

Mais ce travail se faisant surtout, et en plus grande partie, la nuit, comme nous l’avons dit plus haut,
il est difficile, pour l’observateur, de s’en rendre compte.

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de alacroiseedesfils
  • Le blog de alacroiseedesfils
  • : Partager mes passions.
  • Contact

Texte Libre

Merci de vos visites et de vos commentaires
         

Rechercher