Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 08:20


Bonjour à toutes et à tous

Décembre     lectrice-copie-1.gif

 

Pâle, languissante et fanée,

La main froide comme un glaçon

Pâmée, en son dernier frisson,

Voici que meurt la vieille Année.

 

Frais, rose, la peau satinée,

Voici le divin nourrisson.

Qui dort, au bruit d’une chanson,

Dans son étable illuminée.

 

A décembre, toi qui finis

Les jours détestés ou bénis

De l’an fugace où la nuit tombe,

 

Tu montres ce tableau touchant :

L’aurore en face du couchant

Et le berceau près de la tombe.

 

Jacques Normand.
***
Bonne journée

Repost 0
Published by alacroiseedesfils - dans SAL "Le cahier d'Adèle"
commenter cet article
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 06:18

Bonjour à toutes et à tous

Novembre   

 

Sur l’étang recueilli qu’un vol de cygne effleure,

Le deuil rouge des bois couche un linceul vermeil,

Et la caresse meurt du rapide soleil,

Triste comme un adieu, troublante comme un leurre.

 

L’aile du jour lassé se renferme avant l’heure,

Qui ferme sur nos fronts les ailes du sommeil ;

Et l’on voit se figer sur un miroir pareil,

La tristesse des cieux dans la source qui pleure.

 

Dans l’air flagellé d’or, le caprice du vent

Mêle la feuille morte au souvenir vivant,

Les fleurs de l’âme avec ce que les fleurs ont d’âme.

 

Vous que je vois pensive au bord morne des eaux,

En écoutant gémir la plainte des roseaux,

Rappelez-vous qu’un jour je vous aimai, Madame.

 

Armand Silvestre 


Bonne journée

 

 

Repost 0
Published by alacroiseedesfils - dans SAL "Le cahier d'Adèle"
commenter cet article
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 08:12


Pourquoi "Le cahier d'Adèle"  voirSal" Le cahier d'Adèle"

Octobre  

 

Avant que le froid glace les ruisseaux

Et voilà le ciel de brouillards moroses,

Ecoute chanter les derniers oiseaux,

Regarde fleurir les dernières roses.

 

Octobre permet un moment encor

Que dans leur éclat les choses demeurent ;

Son couchant de pourpre et ses arbres d’or

Ont le charme pur des beautés qui meurent.

 

Tu sais que cela ne peut pas durer,

Mon cœur ; mais malgré la saison plaintive,

Un moment encor cherche d’espérer

Et saisis du moins l’heure fugitive.

 

Bâtis en Espagne un dernier château,

Oubliant l’hiver qui souffle à nos portes

Et vient balayer de son dur râteau

Les espoirs brisés et les feuilles mortes.

 

François Coppée

 

Repost 0
Published by alacroiseedesfils - dans SAL "Le cahier d'Adèle"
commenter cet article
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 08:10


Pourquoi "Le cahier d'Adèle"  voirSal" Le cahier d'Adèle"

Septembre   



Après ces cinq longs mois que j’ai passés loin d’elle,

J’interroge mon cœur ; il est resté fidèle.

 

En Mai, dans la jeunesse exquise du printemps,

J’ai souffert en songeant à ses beaux dix-sept ans.

 

Quant la nature en Juin de roses était pleine,

J’ai souffert en songeant à sa suave haleine.

 

En Juillet, quant la nuit peuplait d’astres les cieux,

J’ai souffert en songeant à l’éclat de ses yeux.

 

Août a flambé ; Septembre enfin mûrit la vigne,

Sans que mon triste cœur s’apaise et se résigne.

 

Toujours son souvenir a le même pouvoir,

Et je n’ai qu’à fermer les yeux pour la revoir.

 

François Coppée.



 

Repost 0
Published by alacroiseedesfils - dans SAL "Le cahier d'Adèle"
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 08:11



Août     

 

Par les branches désordonnées

Le coin d’étang est abrité

Et là poussent en liberté

Campanules et graminées.

 

Caché par le tronc d’un sapin,

J’y vais voir, quand midi flamboie,

Les petits oiseaux pleins de joies

Se livre au plaisir du bain.

 

Aussi vifs que des étincelles,

Ils sautillent de l’onde au sol,

Et l’eau, quand ils prennent leur vol,

Tombe en diamants de leurs ailes.

 

Mais mon cœur lassé de souffrir

En les admirant les envie

Eux qui ne savent de la vie

Que chanter, aimer et mourir.

 

François Coppée

Repost 0
Published by alacroiseedesfils - dans SAL "Le cahier d'Adèle"
commenter cet article
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 08:27



Juillet


 

Le rossignol chante et je rêve,

Grisé par son chant, que je bois

Un philtre fait avec la sève

Et les vertes senteurs des bois,

Sa voix monte, monte…j’écoute,

Et je crois retrouver la route

Des beaux jours perdus d’autrefois.

 

Ta musique est toujours pareille,

Depuis des siècles, tes accents,

Rossignol, enchantent l’oreille

Des princes et des paysans.

Ta chanson câline et sonore

Résonnait de même à l’aurore

Rougissante de mes quinze ans.

 

Ton chant ne meurt pas, ô poète !

Nous seuls, nous fermons sans retour

Notre bouche à jamais muette.

O rossignol ! chantre d’amour,

Dans ces bois pleins de ta tendresse

Si tu rencontres ma jeunesse

Rends-la moi, ne fût-ce qu’un jour.

 

Andrée Theuriet

 

Repost 0
Published by alacroiseedesfils - dans SAL "Le cahier d'Adèle"
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 08:37

 Poésie


Juin

 

Dans cette vie où nous ne sommes

Que pour un temps sitôt fini,

L’instinct des oiseaux et des hommes

Sera toujours de faire un nid.

 

Et d’un peu de paille ou d’argile

Tous veulent se construire un jour

Un humble abri, chaud et fragile,

Pour la famille et pour l’amour.

 

Par les yeux d’une fille d’Eve

Mon cœur profondément touché

Avait fait aussi ce doux rêve

D’un bonheur étroit et caché.

 

Rempli de joie et de courage,

A fonder mon nid je songeais,

Mais un furieux vent d’orage

A renversé tous mes projets.

 

Et sur le chemin solitaire

Je vois triste et le front courbé,

Tous mes espoirs brisés à terre,

Comme les œufs d’un nid tombés.

                                                       François Coppée


 

Repost 0
Published by alacroiseedesfils - dans SAL "Le cahier d'Adèle"
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 08:51

 


Mai     

Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j’ai tant aimée
Les pétales flétris sont comme ses paupières

Sur le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s’éloignait dans les vignes rhénanes
Sur un fifre lointain un  air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes

 

APOLLINAIRE, Alcools, Gallimard (1913)

Repost 0
Published by alacroiseedesfils - dans SAL "Le cahier d'Adèle"
commenter cet article
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 10:04

 Poésie


                                       
   Mai     
                                       
Le printemps rayonnant, qui fait rire le jour
En montrant son beau front vermeil comme l'aurore
Naît, tressaille, fleurit, chante, et dans l'air sonore
Eveille les divins murmures de l'amour.

O sylphes ingénus, vous voilà de retour !
De mille joyaux d'or la forêt se décore,
Et blanche, regardant les corolles éclore,
Titania folâtre au milieu de sa cour,

A travers l'éther pur dont elle fait sa proie,
Tandis que la lumière, éclatante de joie,
Frissonne dans la bleue immensité des cieux,

Beauté qui nous ravis avec tes molles poses;
Dis, n'est-ce pas qu'il est doux et délicieux
De plonger follement ta bouche dans les roses.

Théodore de Banville.

Repost 0
Published by alacroiseedesfils - dans SAL "Le cahier d'Adèle"
commenter cet article
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 20:07

  

Souvenir  d'antan

   

  Pourquoi ce vieux cahier ne doit-il pas tomber dans l'oubli ?

  Ce cahier date probablement de la fin des années 1800.
  Il provient de la famille et a été écrit par la grand-mère paternelle, de mon époux, qui était institutrice.

 Je vous ferai découvrir au fil du temps quelques extraits...
         
Les Mois

Janvier prend la neige pour châle
Février fait glisser nos pas
Mars, de ses doigts de soleil pâle,
Jette des grêlons aux lilas.

Avril s'accroche aux âmes vertes.
Mai fait pencher la rose ouverte
Près du beau foin qui craque et rit.

Juillet met les oeufs dans leur coque
Août sur la moisson s'endort.
Septembre, aux grands soirs équivoques,
Glisse partout ses feuilles d'or.

Octobre a toutes les colères;
Novembre a toutes les chansons
Des ruisseaux débordant d'eau claire
Et Décembre a tous les flocons.
    Maurice Rostand et Mme Edmond Rostand (un bon petit Diable)


Je vous propose un SAL des poésies du cahier, tous les 1er du mois vous trouverez une poésie correspondant à ce mois.
Début le 1er mai, pour finir en janvier. Bonne lecture....






  













 

Repost 0
Published by alacroiseedesfils - dans SAL "Le cahier d'Adèle"
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de alacroiseedesfils
  • Le blog de alacroiseedesfils
  • : Partager mes passions.
  • Contact

Texte Libre

Merci de vos visites et de vos commentaires
         

Rechercher